Frailty (Emprise) – 2001

frailty.jpg

synopsis:

L’agent Loyds reçoit delà des horaires d’ouverture, dans son bureau un dénommé Meiks qui prétend connaitre la clé de l’affaire sur laquelle il travaille: la main de Dieu.

Selon le rapport, un homme aurait tué plusieurs personnes après avoir entendu des voix.

Avis:

Trouvez le frein, stoppez le train* le premier film de Paxton derrière la caméra peut s’enorgueillir de fournir une superbe série B a défaut d’un très grand film et de subir des carences patantes en mise en scène, d’autant que le sujet qu’il choisit n’était pas pour émettre qques vagues.

Paxton nous plonge dès les premiers flashback dans une amérique profonde (certainement le Texas) des années 80. En qques plans et commentaires certes en voix-off, le contexte puritain d’une amérique ouvrière constitue le terreau fertile aux déviances que le film se plaira à exhiber.

Lorsque Paxton entre dans le champ, l’ambiguité du Père devient saisissante. Sa composition du beauf lambda habité par on ne sait quoi (« Dieu » dit-il) infusera le métrage sur toute sa longeur. Est ce une médiocrité d’acteur incapable d’insuffler la passion dans son personnage qui transparait ou bien l’habileté d’une composition qui ne prendrait pas parti et nous renverrait vers nos propres convictions?

Ainsi pendant la durée totale du film demeure la question: le film fait il l’apologie d’une justice tendancieuse? Ou n’est qu’un enième film de serial killers?

Et là réside le tour de force: la réponse échut aux spectateurs.

Sous couvert d’une enième réminiscence des monstres qu’a engendrés l’amérique, dont Charles Manson pour ne pas le citer, on pourrait très bien voir dans le film une dénonciation d’un puritanisme instrumentalisant les enfants. A ce titre, Jesus Camp complèterait 6 ans plus tard ce portrait d’un vivier de personnes d’influence illuminés

Hasard du calendrier ou présage d’un désastre à venir? Le film donna de l’huile à jeter sur le feu d’une amérique se réveillant à l’aube de 9.11. Diffusé sur les écrans en octobre 2001, il devenait l’apologie d’une justice punitive éclairée par le Divin.

*Aliens

There are no comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :