Hotelier – 2007

Synopsis:

Kyoko Odagiri travaille à la réception d’un hotel de luxe, le Tokyo Ocean Hotel.

Fort de son leitmotiv élitiste, « L’espoir fait vivre » en Français dans le texte, l’établissement fête ses trente ans d’existence. Derrière sa façade prestigieuse se cache un management familial qui semble atteindre ses limites lorsque des requins immobiliers révèlent une santé financière précaire et des menaces d’acquisition agressives.

Alors que le président du groupe d’actionnaires de l’hotel tombe gravement malade, Kyoko est chargée de retrouver peut être le seul espoir pour l’établissement et son personnel: un homme déchu de l’hotel qui prit exil en Corée du Sud et dont Kyoko fut amoureuse.

Avis:

Hotelier c’est avant tout les retrouvailles avec Aya Ueto, certainement la comédienne la plus choyée du star system Japonais. Du haut de ses petites 22 années, elle hérite enfin d’un rôle 100% de femme. Exit donc les accès de kawaii Overkill et bonjour les tailleurs et jupes avec la justesse et la retenue qui font l’élégance des Japonaises de grand standing.

C’est d’ailleurs un grand effort qu’il m’a fallu fournir, celui de faire mon deuil d’une Aya infantile. Après Attention, Please! rôle de transition, où elle incarnait une jeune adulte en formation d’hotesse de l’air, c’est bien Hotelier qui confirme la stature de jeune fille comme comédienne arrivée à maturité.

J’ai eu du mal à recouper l’information mais d’après le peu récolté (wiki aidant) Hotelier 2007 serait un remake japonais d’un drama coréen de 2001 dans lequel ont sévi les grosses pointures que l’on connait (et comment!?) dont la sculpurale Song Hye Kyo (cliquez pour tomber sous le charme direct) et le bourreau des coeurs qui a ruiné en Kleenex les 2 tiers des ménagères de l’Asie du Sud Est, Bae Yong Jun. Il fait d’ailleurs un guest appearance plutôt efficace dans le premier épisode et nous avait habitué à ses participations avec la jeune Aya.

Reste une série relativement courte et connaissant les scénario coréens, je fus pourtant surpris de rebondissements particulièrement croustillants malgré cette impression de baclâge certainement du à la compression de la vingtaine d’épisodes d’origines pour arriver à 9.

Pas évident donc de trouver l’équilibre entre les préoccupations des personnels de l’hotel et les négociations en haut lieu sans tomber parfois dans une ridicule pantois.

Il n’en demeure pas moins un drama particulièrement typique du Japon avec son image en filigrane d’une époque révolue, un fantasme corporatif d’un japon en crise et agrippé à ses valeurs traditionnelles en lutte contre les capitaux étrangers.

Avec celà, comment voulez vous y concilier un drame où se jouent les tensions les plus freudiennes, enjeu si cher aux coréens (souvenez vous de Old Boy)?

Je vous laisse avec l’horrible générique interprété par Aya Ueto, bien sûr.

Une Réponse

  1. Je ne lis pas ton article pour ne pas être spoilé (quoique ça m’étonne que tu spoiles) car j’attends d’avoir fini de regarder la vostf. Une fois fini je viendrai dire ce que j’en ai pensé. Enfin pour l’instant (déjà vu les 5 premiers épisodes) j’aime assez, et puis y’a aya ueto, je suis rarement objective quand ça la concerne😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :