plouf#01

Je ressors de l’eau avec les bras et les cuisses transis, comme anesthésiés et idéal pour l’amputation.

Une petite demi-heure arrivé dans le grand bassin et déjà hors de l’eau, le souffle halletant, le visage blème et les oreilles bourdonnantes. Le ventre prend vie.

je m’étais fixé l’objectif de réussir les 20*25 mètres en 20 minutes et pour une première mise à l’eau depuis 7 ans, le nouveau départ est âpre.

Frôlant la syncope, au bout de 10 longueurs, j’ai préféré sortir pathétiquement de l’eau. Le manque de souffle et ce sentiment d’organes flottant dans le bide eurent raison de moi. Le temps passé dans les lignes d’eau me parurent une éternité.

Chaque mouvement de krawl me donnait le sentiment d’avancer et paradoxalement l’eau devenait plus épaisse au fur et à mesure que les mètres s’enchainaient.

Assis sur le banc atteint de justesse avant que mes jambes ne me lachent, j’ai crupouvoir reprendre mes esprits et me re-motiver.

Que Dalle.

C’est comme si l’engourdissement se répandait. De mes épaules, de mes cuisses, jusqu’à atteindre mon cortex. Dans la panique, je me resaisis: il ne faut pas que je reste là. Ôtant, bonnet et lunettes, je me dirige donc vers les douches occupées bruyamment par deux beurs qui braillent. La tête dans une nasse, l’estomac est bien parcouru de spasme. Le dégueuli et sa menace ne sont pas loin.

Pas moment, j’abandonne mon shampoinnage et gagne une cuvette mais ça ne vient pas. Il n’y a rien de pire que d’avoir renoncer à la dernière barrière contre le reflexe vomitif et de ne pas en être soulager.

Presqu’à tatons, je retrouve mon casier et mon sac. Dans la cabine taillé pour les leprechaun, je me sèche en me stimulant mentalement pour ne pas me laisser prendre par le faux sentiment de plénitude d’un probable malaise.

Un petit rot signale la paix avec mon estomac. Assis, en enfilant mes socket, c’est une crampe qui a la bonne idée de parcourir mon mollet. Les kinder Maxi fondus resteront dans la cabine.

En sortant, je croise un miroir. Le teint blême et les yeux rougis malgré les lunettes suédoises me font me dire que c’est autre chose que le simple effet de l’eau javellisée.

Consolation: le phô de maman ce soir me permettra de récupérer.

4 Réponses

  1. ah bah oui, si t’y va comme une brute…
    Franchement, pour reprendre, qq longueurs de brasse tranquille… il vaux mieux faire durer un effort pepere IMHO…

  2. C’est bien noté. Mais je crois que j’ai fait fondre les plaques de graisse.

    la suite au prochaine épisode.

  3. T’aurai dû être accompagné et manger avant! La piscine ça crève de trop.

  4. hellooooo.

    Si tu m’accompagne, je veux bien.😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :