Typhoon – 2005

synopsis:

En plein Pacifique un tanker en direction du Japon, est pris d’assaut par des pirates. Emmenés par leur leader charismatique, les assaillants s’emparent du contenu des cales. Ce qui met en fébrilation la Défense Sud Coréenne.

Une mission s’échaffaude pour subtiliser la cargaison volée au nez de la coalition Nippo-Américaine et de l’armée Russe.

avis:

Auréolé de Friend, LE film de gangster coréen, Kwak Kyung-taek revient avec son acolyte Dong-Kun Jang. Budjet revu à la hausse et thème cher à la Corée du Sud, la montagne cependant accouche d’une souris.

La plaie qui sépare les 2 corées au 33e parallèle aura vu naitre dans l’histoire du cinéma sud-coréen des oeuvres majeures telles: Taeguki (en France, Frères de sang), l’onirique Welcome to Dongmakgol et JSA.

Un peu comme par la ligne maginot et son pendant sunnite de la shoah pour la France, la psyché coréenne aura été à jamais atteinte par ce drame humain. Et comme dans tout drame collectif, les légendes urbaines sont légions.

Je pense notamment à ces histoires de familles sud coréennes (donc en pays libre) privées d’aide sociale par mesure de sécurité du fait qu’un des membres de leur famille aurait été enlevé par le Nord (on sait jamais avec l’espionnage) . Ou bien la disgrâce pour les familles restées au Sud des personnes émigrant volontairement vers le Nord.

C’est ce contexte que choisit Typhoon. Et il lui octroie un GI Joe à la sauce Kimchi comme on n’en avait pas vu depuis Stallone ou Zchwarzy à l’époque où leurs cheveux étaient encore authentiques. En face, se débat un chien fou au coeur laminé par les instances gouvernementale injustement pétri de vengeance.

Divertir tout en abordant un sujet grave se révèle un exercice périlleux auquel se mesurera plus tard le médiocre Blood Diamond. Typhoon connut avant l’heure le même traitement ajoutant des passages mélo-dramatique tout droit sorti des séries ultra-lacrymales, quand il n’arbore pas des séquences dignes de figurer dans une video de recrutement pour l’armée.

Le propos n’en est pas niais pour autant mais la tentative de justification de l’acte de terrorisme peut paraitre douteux, voire révoltant.

img tirée de shuqi.org

2 Réponses

  1. je n’avais pas lu de très bonnes critiques de ce film, je tenterai peut être quand même ma chance, quand j’aurai rien d’autre à voir.

  2. j’en étais sur.
    Juste parce que j’ai écrit qu’il était nul, tu veux me montrer qu’il est bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :