Jardin Indochine – av. de l’Hippodrome, 69300 rillieux

Je passais devant de temps en temps avec la hantise des buffets. Je n’aime pas ça.

Le dernier en date était celui nouvellement baptisé Macao, juste en face de Paris Store. A moins que ce ne soit celui à coté de Go Sport, Bellecour, celui dont le sol collait. Pas impérissable en somme.

Nous fûmes accueilli, mon frère Scampi et moi par ce que je pense être le patron de l’établissement. Allure bonhomme et décontracté. On nous plaça sans trop de cérémonie près de l’écran plat Samsung 82 cm où était diffusé le Fight Club d’Eurosport.

Le buffet se présente sous une forme très simple, une table autour de laquelle les chalands affamés gravitent et ramassent dans les assiettes les plats: fritures, ragoûts, salades, viandes et desserts en quantité gargantuesque.

J’entamais mon 3e service pendant que le Thailandais se faisait plier par le boxer français. Scampi de me demander:

« C’est lui qu’a débarrassé mon assiette vide pendant que j’étais pas là? » désignant du nez, ce qui semblait être un vietnamien, de son âge, la peau mât, la dégaine svelte ordinaire d’un azn en bonne santé et chemise blanche aux manches retroussées, à l’ancienne.

Je répondis que oui.

« Son Padre m’a chassé avec un slash l’autre jour. ça remonte mais un truc comme ça tu t’en souviens.

J’étais avec Mikulov, un soir. Lui était déchiré à la vodka, comme d’hab’ quoi. Ce soir là, on trainait dehors, on voit quoi? un gars qui fait des galères sur une porte de bagnole.

Mikulov, il sait à qui elle est la voiture. Alors, il monte frapper à la porte du proprio. Pour le prévenir, normal. La porte elle s’ouvre. on voit qui? Lui, le serveur. A torse poil.

Comme Mikulov était déblaye sa race, il arrive pas à enchainer des phrases comme y faut. Le mec commence à faire le chaud: « Qu’est ce tu frappes chez moi à c’t’heure de la nuit. Je vais t’n#qué ta mère!!! »

Miku, y pète un plomb, genre « chui venu te rendre service, un mec défonces ta bagnole et tu m’insultes ma mère? Attends, je vais te n#quer ta mère. »

Le viet: « Va-s-y descends. On fait un bugne/bugne. »

Ils se sont retrouvés au pas de la porte, en bas. Miku s’est fait gonflé en 5 sec.

Juste après le viet, par précaution, vérifie sa voiture.Et il se rend compte. Miku avait raison. Il lui dit quoi, le mec?

« Chui désolé. Va-s-y, défonce moi. » Le truc qu’il fallait jamais dire.

Miku l’a enchainé. C’était tellement violent que le père au viet, qui regardait par la fénêtre depuis le début, est descendu en cachette.

Et Miku commençait à abuser grave (il frappait avec sa bouteille et tout ce qui lui passait par la main), j’ai commencé à les séparer. Il fait quoi le Padre?

Il sort un long truc en metal. Il le cachait dans son dos, c’te s###pe.

Nous, on est parti en courant. Lui, il nous courait après en claquettes. »

There are no comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :